dimanche 29 mars 2015

Le rose aux joues pour des feuilles mortes

On s'aime, on s'égare, on se reprend, on se déprend, on se quitte. C'est ainsi que se renouvelle l'incessant mouvement de l'amour. Bien sûr, on se blesse, on saigne, on croit mourir.
À la vérité, l'amour est l'une de ces maladies orphelines contre lesquelles il n'est pas de remède. Quand on s'en croit guéri, loin de s'en prémunir, on veut encore en être contaminé.
Il y a dans tout cela une sarabande d'illusion, qui nous fait bondir de nos sièges et entrer dans le cercle.

Dans le petit film ci-dessous, Yves Montand, invité par Jacques Chancel, chante a capella Les Feuilles mortes. Il roucoule superbement, le grand séducteur. Voyez, derrière lui, la jeune femme : elle est comme transportée. Pas un instant, elle ne le quitte des yeux. Tous les traits de son visage expriment une joie, comme un transport. Avec cela, elle est fort jolie.



Patachou a donné de cette chanson fameuse (Prévert et Cosma) une belle interprétation, curieusement un peu jazzy :



Sur un thème semblable : Si l'on se séparait ? Un temps de saisonDe profil, de dos et de faceLa mémoire qui flanche

9 commentaires:

Florence a dit…

Que tout cela est beau, et triste, et poignant, cher Patrick. Une joie et une souffrance, n'est-ce pas...

Anna Valenn a dit…

Oui, très beau billet Patrick.

Patrick Mandon a dit…

Florence, vous savez que Catherine Deneuve a laissé derrière elle plus que des regrets. Elle avait d'abord rencontré Marcello Mastroianni au cours d'un dîner, à Londres, chez Roman Polanski. Puis elle l'a retrouvé comme partenaire dans le film de Nadine Trintignant, « Ça n'arrive qu'aux autres », en 1971. Ils sont tombés amoureux. Elle l'a quitté, quatre ou cinq ans après. Il paraît qu'il a mis longtemps à se remettre de cet abandon. Ses amis disaient qu'il était totalement désespéré. Deneuve a dressé un constat « rudement » objectif des causes de leur échec sentimental : « Pas la même éducation, pas les mêmes racines, pas la même langue… ». J'imagine le beau Marcello, séducteur total, l'amant de toutes les spectatrices, errant comme une âme en peine, négligé, une barbe de trois jours, les vêtements sales, attendant en vain « qu'elle revienne ». La dévastation !
Truffaut, lui aussi, est passé par là : Deneuve l'a aimé, puis elle est partie. Quel souvenir lui est venu lorsqu'il a entendu le dialogue entre Catherine et Depardieu, dans « Le Dernier métro », que vous citez ? « Tu es si belle que de te regarder est une souffrance… »
Et, plus loin : « Oui, l'amour fait mal. Il est comme les grands oiseaux rapaces, il vole au-dessus de nous, il s'immobilise et nous menace. ».
Heureux de vous retrouver, Florence, et de retrouver Anna.

Florence a dit…

Merci pour ces évocations détaillées, qui me touchent particulièrement.
Je savais que Truffaut avait terriblement et durablement souffert lorsque sa double Marion, Catherine-la-sirène-mauvais-garçon l’avait quitté, mais je n’avais pas réalisé qu’il en avait été de même pour Marcello.

Célestine a dit…

Vous parlez si bien de l'amour, cette maladie délicieuse et parfois mortelle.
Mais la vie n'est-elle pas elle même une maladie sexuellement transmissible et mortelle ?

Bien à vous
¸¸.•*¨*• ☆

Patrick Mandon a dit…

Ah, Célestine, quel œil ! Et quelle verve ! Cela dit, la vie est certes une maladie toujours mortelle, mais déjà moins souvent « sexuellement transmissible ». Si l'on trouve des preuves de vie dans le cosmos, on retrouvera bientôt plus d'éprouvettes que de preuves sur la terre !
Quel œil, vraiment !

Anonyme a dit…

Magnifique Patrick, la classe ! Montand, et comme tu a raison,( on veut encore en être contaminé.)
amitié, JDLL

Patrick Mandon a dit…

Cher Jean de la Lune, tu reviens parmi nous ! Jean est un garçon étonnant, capable de « surgissements » talentueux. Il a un goût très sûr en matière de théâtre, de cinéma, de chanson et d'art lyrique. Il animait un beau blogue, où l'on retrouvait ses choix culturels et ses saintes colères.
Il avait disparu. Grande joie de le retrouver !

Célestine a dit…

Je me réjouis, alors, d'avoir pu transmettre la vie de façon "normale"... les éprouvettes ce ne devrait être quand même qu'une solution de repli.
Au passage, je me réjouis aussi de votre enthousiasme ^^
belle journée à vous
¸¸.•*¨*• ☆