dimanche 7 février 2010

Une brune en Italie : Corinne à Ravenne (1)

Corinne est à Ravenne. Elle a déjà pris des photographies et nous les fait partager. Je lui laisse le soin de les commenter, après l'avoir vivement remerciée.

«Fête païenne à Ravenne, le carnaval battait son plein. J'y ai croisé un charmant petit lanceur de confettis, des étals de bonbons multicolores, une gondole et son gondolier dont le bras battait de l'aile. Malgré le son assourdissant des hauts parleurs et Mickaël Jackson déclamant "I'm bad", sa réincarnation se dandinant sur un char comme un beau diable, on pouvait percevoir par vagues les effluves sonores d'un chant grégorien émanant de la basilique toute proche, San Vitale, là où sont immortalisés sous forme de mosaïques les portraits du très orthodoxe empereur Byzantin Justinien et de sa femme Théodora. Puis contraste entre l'agitation extérieure et le calme de l'hôtel pourtant tout proche des festivités, une chapelle fleurie de lys blancs accueille même les voyageurs dans le hall. Ses murs épais étaient autrefois protecteurs de jeunes filles esseulées, j'ai su en effet que ce splendide édifice était un orphelinat pour filles.











22 commentaires:

Tanya Roessler a dit…

Thanks to Corinne for these exquisite
pics of breathtaking Ravenna! I am all snowed in in Boulder and have an absolute compulsion to drop everything and go to Italy!

Corinne a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Patrick Mandon a dit…

J'ai supprimé le commentaire de Corinne, afin de le placer comme texte principal.
Ne confondons pas la fuite à Varennes avec le voyage à Ravenne !

Corinne a dit…

Hello Tanya ! It doesn't snow here, but it's very COLD, even if the sky is blue, like the mushroom I've seen on your blog.
Patrick, désolée, ce fut un peu succint !
J'essaierai de mieux faire à mon retour, pour l'heure, ici, le bagne, je casse des cailloux.. mais j'avoue que mes compagnons de galère sont assez sympathiques, même si aucun/e ne parle le français ! La mosaïque attire surtout les Américains, et aussi un designer Argentin, un peu égaré, fort sympathique au demeurant, et qui parle un anglais compréhensible à moins de 100 mots par minute. C'est reposant. Et il est de plus assez fin gastronome, ce qui est de bonne augure pour ma soirée !
Je vous embrasse.

Patrick Mandon a dit…

Le flirt poussé, à Ravenne, d'origine gastronomique par surcroît, n'est certes pas pas à dédaigner, chère Cheveux d'encre. Permettez-moi, cependant, de vous redire que nous nous réjouirions de recevoir quelques photographies supplémentaires. Mais, entre l'Argentine, les cailloux et les plaisirs de la table, il m'apparaît qu'il ne vous restera que très peu de temps…

Corinne a dit…

Non Patrick ! Pas le moindre flirt, vraiment, juste un jeune cinquantenaire très sympathique, pas égaré du tout en fait, beaucoup d'humour, très "gentleman", a very smart guy et je suis sûre qu'il vous plairait aussi. Un Argentin qui vit au Caire, un nouvel ami, sans ambiguité aucune. Les américaines ici sont des buveuses d'eau végétariennes, quelle tristesse ! Demain, à l'heure du déjeuner, nous ferons le tour de la ville et visiterons les églises à bicyclette et j'emmène mon appareil photo. Je lui ai parlé de votre blog, il adore le cinéma français, peut-être viendra-t-il le visiter..

nadia a dit…

Cmment se portent Constantin et Teodora qui nous regardent avec leurs yeux de pierre depuis... si longtemps ? Dites nous Brunaravène ?

Patrick Mandon a dit…

Oh oui, dites-nous, Brunaravène !

Corinne a dit…

Pour l'instant très chers amis ils se portent très bien sans moi, et dès que je récupère l'usage de tous mes doigts, promis, je les ressuciterai ici même, mais en attendant qu'on ne me parle plus de pierres, même pour un empire !

nadia a dit…

Ciel arrêtez vite de casser des cailloux, la route de Louviers ne passe pas par Ravenne je vous signale, et contez nous plutôt vos vistes au Basileus auprès duquel je m'excuse platement pour l'avoir appelé Constantin.

nadia a dit…

Patrick, vous êtes incorrigible, comment pouvez vous prêter à Corinne d'impures pensées à l'endroit d'un very smart guy, alors qu'elle loge dans une église pour jeunes filles esseulées ?

Patrick Mandon a dit…

C'est à dire que je… comment dire ? Enfin, Cheveux d'encre esseulée, en Italie, un homme séduisant… Mais vous avez raison, Nadia, Cheveux d'encre est à Ravenne pour casser des pierres avant tout !

Corinne a dit…

Fernando est certes séduisant, cultivé, intelligent,talentueux, attentionné, sensible, et surtout très ... gay !

Patrick Mandon a dit…

Chère Cheveux d'encre, nous attendons avec impatience vos prochaines photographies, ainsi qu'une relation de votre voyage (je dis relation, du verbe relater…).

Emilie a dit…

Salut les copains !
Je reviens faire un tour pour vous embrasser et admirer les photos de Corinne. J'espère qu'elle n'a pas de neige, car ici, sur la côte, on est servi !
N'ayant pas de panoplie de skieuse, je prèfère rester au chaud !
A bientôt, je ne vous lâche pas des yeux, ni du coeur...

Patrick Mandon a dit…

Ah, la cousine est revenue ! Il fallait Corinne pour la faire sortir de sa tanière d'hiver.
Vous avez donc froid, cousine, à Nice ! Votre peau de méditerranéenne, habituée aux caresses des vents tièdes et des palefreniers aimables, frissonnent donc sous les frimas ! Je m'en réjouis, ma cousine : un peu de Nord dans votre Sud ne lui fera pas de mal !

Giulo Cinquetti a dit…

Quel plaisir lattent, quelle évanescence des sens, quelle suavité qui perle dès l'aube à vos lèvres entrouvertes, et nous enchante jusqu'au soir brumeux !
Il n’y a pas qu’en France, que vous êtes devenu central pour le monde des blogs. En Italie vos textes sont lus, commentés, reproduits et discutés avec une passion totale.
Continuez de nous enchanter doux chevalier au pied ailé.
Patrick Mandon, je dis ton nom.

Patrick Mandon a dit…

Et Gigliola Cinquetti, que devient-elle ?

nadia a dit…

elle attend, le jour et la nuit, elle attend toujours, ton retour !!

Patrick Mandon a dit…

Que devient Corinne ?

Corinne a dit…

Cher Patrick, ne vous inquiétez pas, je prolonge juste encore un peu ma rêverie après ce voyage puis je reviens vers vous.. Je suis en pleine décantation en quelque sorte.
D'autant que j'ai découvert là-bas une autre antique princesse qui fut très convoitée, Galla Placidia, un mausolée lui est consacré. Elle n'eut rien de placide Placidia, bien au contraire, une vie pleine de rebondissements..

Patrick Mandon a dit…

Je vous laisse donc décanter, chère Cheveux d'encre, d'autant plus aisément que j'ai l'impression que nous allons bénéficier de votre récent séjour chez notre sœur bien aimée, l'Italie…